- G.Bistaki - Le Georges Bistaki - Cirque Chorégraphique d'investigation - Compagnie de danse contemporaine -
 

Cirque chorégraphique d'investigation

Spectacles

Cooperatzia 2010

 

 

Pour cette création, le G.Bistaki choisi de travailler avec la tuile canal et le sac main…
De la relation corps/objet/espace, surgissent des personnages, des situations, des chorégraphies, des vidéos, des installations plastiques qui sont agencés à l'envie. Un répertoire maléable est mis en place permettant des représentations à caractère in situ.


 

Chaque rencontre avec eux est unique en fonction du lieu et des gens qui l’habitent. Pour cela ils proposent une création « modulaire», capable d’épouser l’architecture et l’atmosphère du lieu de représentation envisageant tous les espaces.


 

Lieux insolites, intérieur, extérieur, déambulatoire muséal, plateau fixe qui déborde, ils posent l’empreinte d’un univers chorégraphique contemporain et rudimentaire
Selon les envies et les possibilités, les habitants du lieu de représentation peuvent participer à des ateliers pour être acteurs de ce monde. Sur la base d’un travail de chœur, ils s’approprient un langage chorégraphique essentiel dans sa simplicité permettant de développer l’envergure de certaines scènes.

« Une société voit le jour. Des personnages rustres et contenus à l’énergie explosive. Des «hommes-tuile», «des hommes-sac», des animaux-bêtes(chiens-tuile, oiseaux-sac), se côtoient, s’affrontent, s’aident, ouvrant le regard sur des traditions étranges, des habitudes déplorables et des images enchanteresses. »
(Georges Bistaki)


 

Partenaires / Mentions obligatoires

Subventions : Préfecture de la Région Midi-Pyrénées / Drac Danse, Programme de coopération territorial Espagne - France – Andorre, Conseil Régional Midi-Pyrénées.
Coproductions : La Pépinière des Arts du Cirque Toulousaine (La Grainerie - Balma (31) / le Lido – Toulouse (31), L’Usine – Lieu conventionnée dédié aux arts de la rue Tournefeuille (31), Mix’art Myrys, Toulouse (31),
Avec le soutien : Espace Périphérique (Ville de Paris, Parc de la Villette - 75), Association regards et mouvements, Usson en Forez (42) - La Petite Pierre, Jegun (32).
Avec le mécénat de : Terréal pour la fourniture de tuiles canal.



 

Télérama, Matthieu Braunstein, juin 2012
192.31 Ko

Politiken, Copenhague, août 2013
738.59 Ko

Stradda, Thomas Hahn, oct 2011
2.41 Mo

Extraits de presse

" Partout où passe la compagnie G.Bistaki avec Cooperatzia, la troupe française fait un triomphe. Avec quoi ? Rien de plus que des tuiles et des sacs à main. Celà peut sembler fade, mais l'univers du G. Bistaki est parfaitement fascinant. (...) Le G. gistaki est une véritable expérience. Un univers à part. D'un niveau inégalé parmi les spectacles de plein air. En ce qui concerne le mélange de cirque, de danse, de théâtre, de performance et d'art en nature/urbain Cooperatzia s'est d'ores et déjà ggravé dans notre mémoire.
Liv Laveyne, www.cobra.be, 16 aout 2012

TT « (…) armés d'un stock de tuiles et d'une bonne dose d'absurde, les danseurs et jongleurs du G.Bistaki désarment avec leur cirque chorégraphique.(...) Avec sa scénographie absurde et soignée, le collectif G. Bistaki "cirque chorégraphique d'investigation" éveille des images des Balkans et d'Europe centrale où se croiseraient les figures de Beckett, de Gogol, de Josef Nadj.(...) Le G.Bistaki est un collectif de jeunes vétérans suffisamment aguerris pour oser cette scénographie clanique, doublée d'une belle construction poétique.(...) Comme surgie de nulle part, cette formation au nom biscornu voyage. Loin de la rue et de la piste qui l'ont vu naître." Mathieu Braunstein, Télérama n°3259 du 27 juin 2012

« (…) Ce spectacle est d’une force et d’une émotion incomparable. (…). En jouant avec la forme, le poids, la texture et la couleur d’objets en apparence très ordinaire (tuiles canal et sacs à main), en exploitant jusqu’à l’extrême la relation corps-objet-espace, le collectif G. Bistaki réussit là l’un des plus beaux spectacles de ces dernières années. Singulier, atypique, troublant. Sensuel aussi. »
Thierry Voisin, Télérama. Juin 2011



  haut de page  

 
graphisme : artipix - développement : base2prod